Filmographie : la guerre au cinéma

(actualisé le ) par Prisca Chevallier Curt

filmographie (non-exhaustive !)
Pour vous apporter des connaissances supplémentaires, pensez à visionner des films ! Par exemple sur la thématique des guerres :

Amen, de Costa Gavras, 2002 : le rôle de l’église catholique pendant la 2nde GM
Apocalypse now, Francis Ford Coppola, 1979 : Pendant la guerre du Viêt Nam , les services secrets militaires américains confient au capitaine Willard la mission de retrouver et d’exécuter le colonel Kurtz dont les méthodes sont jugées « malsaines ». Celui-ci, établi au-delà de la frontière avec le Cambodge, a pris la tête d’un groupe d’indigènes et mène des opérations contre l’ennemi avec une sauvagerie terrifiante.
Au revoir les enfants, Louis Malle, 1987 : les persécutions nazies, la Résistance
Au revoir là-haut, Albert Dupontel, 2017 : adaptation du roman de Pierre Lemaître sur l’après 1ère Guerre mondiale.
Capitaine Conan, Bertrand Tavernier, 1996 : l’armée française d’Orient aux Balkans, en 1918
Ce que le jour doit à la nuit, Alexandre Arcady, 2012 : l’Algérie des années 1930 aux années 1960, racontant le destin de Younes, jeune Algérien élevé comme un pied-noir par son oncle. Il traverse les tragédies vécues par son pays, dont la bataille de Mers el-Kébir et la guerre d’Algérie sur un fond d’histoire d’amour impossible.
Cheval de guerre, Steven Spielberg, 2011 : hommage aux 8 millions de chevaux sacrifiés pendant la 1ère GM.
Good Morning, Vietnam, Barry Levinson, 1987 (avec Robin Williams) :
Il faut sauver le soldat Ryan, Steven Spielberg, 1998 : reconstitution très réaliste du débarquement en Normandie.
Indigènes, de Rachid Bouchareb, 2006, avec Jamel Debbouze et Samy Naceri : le film raconte l’histoire de trois tirailleurs algériens et d’un marocain pendant la 2nde GM.
Inglorious bastards, Quentin Tarentino, 2009 : Dans la France occupée, Shosanna Dreyfus, une jeune Juive, assiste à l’exécution de sa famille par le colonel SS Hans Landa. Mais elle parvient à s’échapper et s’enfuit à Paris où elle se construit une nouvelle identité, devenant propriétaire d’un cinéma de quartier. Pendant ce temps, le lieutenant Aldo Raine recrute un petit groupe de soldats juifs américains pour terroriser les troupes d’occupation allemande.

Johnny s’en va-t-en guerre (titre original : Johnny got his gun), Dalton Trumbo, 1971 : un jeune Américain plein d’enthousiasme décide de s’engager pour aller combattre sur le front pendant la 1ère GM. Au cours d’une mission de reconnaissance, il est gravement blessé par un obus et perd la parole, la vue, l’ouïe et l’odorat.
Joyeux Noël, Christian Carion, 2005, une trêve passagère le 24 décembre 1914 dans les tranchées, où « l’autre » n’est plus un « monstre sanguinaire » mais un homme...

La Grande Évasion, John Sturge, 1963 : 2nde GM
La Grande Illusion, Jean Renoir, 1937 : Pendant la 1ère GM, l’avion de deux officiers français est abattu par le commandant von Rauffenstein, un aristocrate connaissant la famille d’un des officiers. Les deux officiers français sont envoyés dans un camp en Allemagne.
La Liste de Schindler, Steven Spielberg, 1993 : l’histoire vraie d’un riche industriel allemand qui sauva des centaines de juifs sous le régime nazi.
La Rafle, Roselyne Bosch, 2010 : la collaboration
La Vie est belle, Roberto Benigni, 1998 : la montée du fascisme et des persécutions des juifs en Italie, les camps d’extermination
Le Choix de Sophie, Alan J.Pakula, 1982 : survivants, 2ème GM
Le Dictateur, Charles Chaplin, 1940 (intro consacré à la 2nde guerre mondiale) film parodique
Le Pianiste, Roman Polanski, 2002 : le témoignage d’un survivant du ghetto de Varsovie
Les Insurgés, Edward Zwick, 2008 : Durant la 2ème GM, quatre frères juifs quittent l’ouest de la Biélorussie, alors polonaise et occupée par l’armée nazie, pour rejoindre les partisans soviétiques D’abord réfugiés dans la forêt de leur enfance, les trois frères aînés prennent ensuite part au sauvetage de centaines de juifs pris au piège dans les ghettos de Pologne.
Monsieur Batignole, G.Jugnot, 2002 : sous l’Occupation à Paris, un boucher-charcutier protège un enfant juif.
Stalingrad, JJ Annaud, 2001 : L’affrontement entre deux tireurs d’élite instrumentalisé par la propagande de leurs camps respectifs, soviétique et nazi, tout au long de la bataille de Stalingrad (2ème GM).
Né un 4 juillet, Oliver Stone, 1989 : volontaire pour se battre au Viêt Nam, le héros en revient paraplégique et remet en question ses valeurs.
Platoon, Oliver Stone, (1er de la trilogie) : En 1967, le jeune Chris Taylor souhaitant servir son pays, s’engage volontairement dans la guerre du Viêt Nam. Il est affecté dans une section (« platoon » en anglais signifiant « peloton » ou « section ») qui a subi des pertes lors de récents combats.
The Reader (le liseur), Stephen Daldry, 2008 : responsabilité des gardiens des camps de la mort ?
Un Long Dimanche de fiançailles : JP Jeunet, 2004 : 1ère GM, vie des Poilus, mutineries, mutilés volontaires

De nombreux documentaires :

Apocalypse, la 2nde GM, Isabelle Clarke et Daniel Costelle, 2009
Nuit et brouillard, Alain Resnais, 1956 : déportation et camps d’extermination nazis
Shoah, Claude Lanzmann, 1985 : un film de plus de 10 heures sur l’extermination des juifs par les nazis
Série de : Ils ont filmé la guerre en couleurs, de 2000 à 2005

Partager cette page